La statue de Millet à Gréville

Quelle Histoire !

Inauguration du 25 Septembre 1898

Le dimanche 25 septembre 1898, était inaugurée, en grande pompe, la statue de JF MILLET sur la place de Gréville.

 

Le peintre, décédé 23 ans plus tôt, avait connu durant sa vie d'artiste, pauvreté et incompréhension. Ce n'est qu'en cette fin de 19 ème siècle que son oeuvre fut reconnu en particulier pour ses tableaux : L'ANGELUS et LES GLANEUSES ; ces deux tableaux portaient les valeurs morales du moment.

 

 

C'est à cette époque, qu'un comité parisien avait organisé une souscription internationale pour faire un monument en hommage à Millet. Celui qu'on voit aujourd'hui au jardin public
de Cherbourg. De cette souscription se dégagea un reliquat
substantiel.

 

Inauguration du 25 Septembre 1898

C'est alors que Marcel JACQUES propose d'employer cette somme à faire « Quelque chose pour Millet à Gréville  ».

 

Marcel JACQUES était jeune statuaire, né à Cherbourg en 1864, il apprit son métier à Paris et eu accès à l'école des beaux arts. Après l'école, il continua d'exercer à Paris, et c'est au salon de 1897 qu'il présenta la statue de bronze de J.F MILLET.

 

 

 

Statue de Millet D'avant la guerre 39-44

Marcel JACQUES connut un beau succès avec sa statue MILLET. La presse du moment ne manqua pas d'éloges « une conception qui a beaucoup de grandeur dans sa simplicité » ou encore « une parfaite adéquation de la statue, de son modèle avec le milieu dans lequel elle prend place ».

Le 25 septembre 1898 fut une grande fête à Gréville à laquelle assistèrent grand nombre de personnalités locales, départementales voire nationales.

 

Etait présente également la famille du peintre, dont son frère le sculpteur Pierre MILLET et un des fils de l'artiste, dans son intervention qualifia l'homme du jour comme « le meilleur des Pères ».

La fête terminée, Millet sur son socle assista année après année à la vie du village, il faisait l'identité Grévillaise.

 

Le 2 août 1914, autour de la statue fut célébré le centenaire de la naissance du peintre. La fête fut interrompue par la déclaration, le jour même, de la guerre 14-18.

La guerre 39-45

La guerre 39-44 et la récupération des métaux non ferreux par l'occupant Allemand faillit faire disparaître la statue Millet dans sa totalité.

 

Le 11 avril 1942 à 10 h du matin le monument de bronze était enlevé pour être entreposé dans un parc à ferrailles de Cherbourg en attendant d'être fondu. M. Gaston FATOSME démissionna en signe de protestation. Dans un courrier il s'indignait : « si on nous enlève MILLET, Gréville ne sera plus Gréville ! . ». Le courage de quelques Grévillais permit de sauver l'essentiel. Voici ce que rapporte la Presse Cherbourgeoise du 15.10.1945 à propos de l'évènement :

 

« L'enlèvement de la statue de Millet à Gréville fut un évènement douloureux. Nous avons demandé aux personnes qui ont assisté à cet évènement de bien vouloir nous donner quelques renseignements précis sur ce sujet.

C'est ainsi que nous avons reçu le témoignage de Monsieur ABADIE Jean, Secrétaire de Mairie de Gréville, nous écrivant que c'est bien Monsieur THOMAS Paul, l'ancien Maire et directeur de la laiterie, qui fut l'instigateur du travail de sauvetage du buste de la statue de Millet et Monsieur THOMAS a bien voulu nous adresser la lettre suivante dont voici la copie »

 

Gréville Hague, le 14 septembre 1945

M. Marcel Jacques, statuaire, Siouville.

Je vous remercie de votre lettre du 1er septembre relative aux restes de la statue de notre gloire locale : Millet. Son enlèvement, décidé par la Commission de Récupération des statues, avait été différé en 1941 sur de nombreuses interventions, notamment les protestations énergiques de mon ami et Maire du moment, Gaston FATÔME. Celui-ci n'avait pas hésité à mettre son écharpe de Maire dans la balance. Au bout de quelques temps, la statue prit le chemin de l'exode et le Maire démissionna en signe de protestation.

Cette statue a été enlevée le 11 avril 1942, à dix heures du matin par les soins de l'entrepreneur MOMY de Cherbourg. Toute la population du village de l'Eglise a assisté impuissante à ce rapt.

Cette statue d'un poids de 600 kilos a été dirigée sur Cherbourg, par camions, où elle a été entreposée chez M.SOTTILLE, entrepreneur, sous couleur de faire un moulage. (Le buste de Bricqueville s'y trouvait également.)

C'est là qu'un artisan de Beaumont M.TROUDE, mécanicien, est venu scier le buste pour le ramener à Gréville le jour même où il fut caché chez M.ROUFFET, à la ferme du Fief de Gruchy, à qui je l'ai remis.
Ce dernier ayant eu des difficultés avec les Allemands fut incarcéré puis expulsé de Gréville. Dans son évacuation le buste suivit le détenteur jusque dans l'Eure je crois, d'où il revint après la Libération pour être replacé le 15 juillet 1945 sur son socle d'origine.
Voici Monsieur en bref les péripéties qui ont valu un peu de publicité à notre cher MILLET dont nous espérons voir un jour une nouvelle statue complète.

Veuillez croire Monsieur à mes sentiments les plus cordiaux.


THOMAS

 

« D'autre part nous savons que Monsieur QUONIAM, alors président de la Chambre de Commerce, adressa au Préfet de la Manche une lettre de protestation quand il fût question de l'enlèvement et de la destruction de la statue de Millet. Nous savons aussi que c'est Monsieur MOMY, entrepreneur qui a fourni les débris de bronze pour remplacer le poids du buste de Millet, qui fut sauvé. »

L'Après guerre

Statue de Millet

Après guerre, l'idée de revoir le « Millet en pied » ne fut jamais complètement abandonnée, les conseils municipaux successifs évoquèrent le projet mais le moment n'était pas venu. Au début de l'année 1997, le conseil municipal décida de rechercher les moyens de refaire le monument. Sur les bons conseils de M.LEBERRUYEUR, nous avons donc entrepris les recherches qui, très vite, nous ont conduit à Louis DERBRE. Celui-ci fut aussitôt séduit par le projet, une relation amicale s'installa entre nous, et c'est un prix d'ami qu'il nous proposa (un prix très nettement inférieur au coût réel).

 

 

 

Maquette

ll convenait à partir de photos et d'une maquette conservée et prêtée par le musée Thomas HENRY de Cherbourg, de sculpter toute la partie détruite, prendre l'empreinte du buste et reconstituer l'ensemble en bronze.

Louis DERBRE, sculpteur fondeur à Ernée en Mayenne, est aujourd'hui célèbre dans différents pays du monde où il expose et honore de nombreuses commandes. Notons par exemple le célèbre mémorial de la paix pour HIROSHIMA composé de six sculptures monumentales produites et érigées par l'équipe DERBRE en 1997.

 

Le projet de reconstitution de la statue Millet fut mené rondement. La commune, maître d'ouvrage reçu le soutien du District de la Hague, du Département de la Manche, de l'état et de l'association « Mémoire de Millet » qui organisa une souscription et finança le quart de l'opération.

Spectacle

 

Le vendredi 25 septembre 1998, cent ans jour pour jour après l'inauguration initiale, la statue en pied de Millet reprenait place au cour du Village de Gréville.

 

Le buste quand à lui, est désormais placé à l'espace d'accueil du hameau de Gruchy tout près de la maison natale du peintre.

 

Y.M. BONNISSENT

L'inauguration du 25 Septembre 1998

Patrimoine

Un village riche d'art et d'histoire

Le player flash est indisponible

Millet