Jean FLEURY

La tombe de JEAN FLEURY

Dans le cimetière de Gréville, la tombe de JEAN FLEURY. Quand vous entrez dans le cimetière, à droite de la nef, côté sud de l'église, une tombe se remarque pour le poème gravé sur la stèle. C'est là que repose Jean FLEURY :

 

" Quand vous m'aurez conduit au cimetière...
N'entourez mon tombeau que d'objets souriants
De signes de regrets, de cyprès larmoyants
Gardez vous d'attrister ma demeure dernière
Placez-y des lilas aux thyrses ondoyants
Que le zéphyr balance ainsi qu'une crinière
D'humbles fleurs émergeant de ces touffes de lierre
Qui rampe l'hiver même en tapis verdoyant
Que l'ombre y soit touffue et que l'herbe gazonne
Que le pinson y chante et la mouche y bourdonne
Qu'on entende les cris des oiseaux querelleurs
Loin des prés odorants, loin des coteaux fertiles
J'ai vécu de longs jours exilé dans les villes
Laissez-moi m'endormir au doux parfum des fleurs. "

 

Jean FLEURY

Jean FLEURY est né en 1816 à Vasteville, d'une famille très humble. Il entra au collège de Cherbourg, il apprit l'Espagnol, l'Anglais et l'Allemand. De 1837 à 1841, il fut rédacteur en chef au journal de Cherbourg. Après quelques livres sur Cherbourg et ses environs, Jean FLEURY " monta à Paris " et en 1857, il partit en Russie. Il y resta 37 années et y écrivit l'essentiel de son ouvre.

 

Jean FLEURY enseigne à St PETERSBOURG la littérature française, l'histoire et la géographie. Outre des ouvrages très importants comme " Analyse et extraits des chefs d'oeuvre de la langue française de 1600 à nos jours ", il nous laissa le célèbre ouvrage " La littérature orale de Basse Normandie ". Sur la région Normande, il fit également un remarquable essai sur le patois normand de la Hague (paru en 1986).

 

Le décès de Jean FLEURY, le 17 août 1894, figure au registre d'Etat civil de la commune de Gréville :
"...FLEURY Jean, François, Bonaventure âgé de 78 ans et demi, né à Vasteville, domicilié en Russie à Saint Petersbourg, résidant momentanément à Gréville chez son épouse LEGER Alexandrine, hameau de Gruchy, lecteur émérite en langues et littérature française à l'université impériale de St Petersbourg, Conseiller d'Etat, Chevalier de la légion d'honneur, Officier d'Académie, Commandeur des ordres de St Stanislas et de Ste Anne, est décédé en la maison de son épouse... ".

La fille de Jean FLEURY... HENRY GREVILLE

Jean FLEURY eut une fille, Alice née en 1842. Comme son père, elle vécut à St PETERSBOURG où elle enseignait, son mari Emile DURAND y était professeur de droit.

 

De retour en France, elle adopte en 1872 le pseudonyme « HENRY GREVILLE » en référence à son pays. Elle commence alors une carrière d'écrivain : elle publiera une soixantaine de romans. Alice FLEURY décède le 26 mai 1902. En 1904, la municipalité de Cherbourg rebaptise la « Place de la Poudrière » Place HENRY GREVILLE.

 

 

YMB

Patrimoine

Un village riche d'art et d'histoire

Le player flash est indisponible

Millet