Au temps de la révolution

Gréville à la fin du 18ème

Des documents communaux d’époque nous permettent d’avoir une image de Gréville à la fin du 18ème siècle.

En 1795, on compte 740 habitants. La population est essentiellement agricole puisque 134 personnes déclarent labourer des terres. Il y a très peu d’élevage. Les surfaces labourables sont occupées par 598 vergées de céréales et 34 vergées de pommes de terre.( un hectare équivaut à 5 vergées)

La liste des personnes payant une patente en 1792 montre les autres activités de la commune à cette époque :

  • 4 charpentiers
  • 1 menuisier
  • 3 cordonniers
  • 7 tisserands
  • 1 marchand de tabac
  • 1 chirurgien
  • 6 cabartiers
  • 2 meuniers
  • 2 maréchaux-ferrants

La première école publique fut créée à Gréville en 1795 (l’an III). Selon un décret de la convention nationale une école était créée en raison d’une population de 1000 habitants. C’est pourquoi, le Hameau Christo d’Urville, le hameau Bosvy de Nacqueville et la commune d’Eculleville furent rattachés à Gréville pour établir une école primaire. L’ensemble constituait une population de 1095 habitants.

Par décision de Directoire du District de Cherbourg lors de la séance du 23 Fructidor de l’an IV (10 septembre 1795) le premier instituteur de Gréville fut nommé en ces termes :

 » Marin Feuardent de Gréville aspirant à l’école de cette commune écrit et calcule bien, est de bonnes moeurs, mérite l’admission définitive.  »

YMB à partir d’archives communales