Le sentier des douaniers

Du sentier des douaniers à la servitude de passage pour les piétons

Le sentier des douaniers Le sentier des douaniers


HIER De tout temps, on a cheminé le long du littoral. A l’époque romaine, le rivage de la méditerranée faisait partie des  » res communes omnium « , des biens destinés à l’usage de tous. Les sentiers des douaniers ont été mis en place par l’administration des Douanes, dès sa création en 1791 afin d’assurer, grâce à un droit de libre parcours, la surveillance des côtes. Les clôtures n’étaient tolérées que sous condition expresse que les préposés des douanes disposent des clefs ouvrant les portes ou barrières. La surveillance du littoral, effectuée à partir du sentier, devait permettre aux douaniers de :

  • Faire échec à la contrebande
  • Assurer la protection du territoire, en prenant une part active à la défense des côtes
  • Signaler les événements de mer et, le cas échéant, faire observer la police des sauvetages et des échouements
  • Participer à la protection de l’ordre public, en s’opposant aux débarquements clandestin de personnes recherchées ou en s’emparant des individus suspects et des écrits prohibés débarqués en fraude.

Les sentiers des douaniers prirent une importance stratégique lors du blocus continental (1806-1814). Ils sont tombés peu à peu en désuétude du fait de l’évolution des techniques de transport des marchandises et de détection des fraudes. AUJOURD’HUI Le sentier des douaniers Le sentier des douaniers


La loi n°76-1285 du 31 décembre 1976 a institué sur l’ensemble du rivage français, une servitude de passage qui réintroduit le droit de libre parcours en bord de mer, mais, cette fois, à l’usage de tous.  » Les propriétés privées riveraines du domaine public maritime sont grévées sur une bande de trois mètres de largeur d’une servitude de passage destinée à assurer exclusivement le passage des piétons  » (articles L160-6 à L160-8 et R160-8 à R160-33 du code de l’urbanisme). Dans de nombreux cas, le tracé de cette servitude doit être légèrement éloigné du rivage afin de tenir copte des caractéristiques du site (dunes fragiles, falaises.) et des sentiers déjà existants, mais aussi pour assurer la sécurité du parcours ainsi que la tranquillité des propriétés traversées. Lorsqu’il y a modification du tracé, l’aménagement du sentier n’intervient qu’après enquête publique et approbation de ce tracé par arrêté préfectoral. La mise en ouvre de cette servitude est assurée par l’état (direction départementale de l’équipement), en concertation avec les élus locaux et les propriétaires concernés. Entre landemer et le cap de la Hague (21 kms), la servitude de passage réutilise en grande partie l’ancien sentier des douaniers, dont la trace avait pu être maintenue jusqu’à nos jour grâce à la persévérance d’une poignée de bénévoles amoureux des randonnées sur le littoral.